Skip to content

 

#6 Itinéraires écorchés

" π ρ ο ́ σ ω π ο ν - prosop(o) « face, figure » :

personne n’est qu’un seul masque à la fois

 

Il est des animaux et des masques

Qui accueillent les pauvres navets que nous sommes

Sur les lésènes de cette église;

Les lésènes et les corniches en sont garnies,

En regorgent, s’y succèdent les faces, les tronches, les bouilles,

Les regards, les louchements, les grimaçao (portugais flamand, xviie siècle).

Ils nous disent : « Attention, regardez où vous roulez, épiez là où vous marchez, ne perdez

pas le Nord, ne perdez pas le Sud!

Ici vous êtes en sécurité, ici nous veillons sur vous et sur les tombes à nos mentons "

 

cycliste inconnu

Pour cette sixième pratique buissonnière, 

nous enfourchons nos vénérables montures mécaniques et partons à l’assaut de paysages flous de vitesse les oreilles assourdies du chant du vent. La consigne sera simple… il faudra suivre les p.o.i.n.t.s (pour orienter instantanément nos trépidantes sandales) et bien sûr, nous envoyer de quoi vous épingler sur la carte du cycliste-trottineur-skateur (la liste des points que vous aurez parcouru).

Pas à pas

vous vous y retrouverez en suivant des points, des points sur des « i », des points sur des poteaux, des points de suture dans le grand tout d’un minuscule point du monde.

À pas de souris rendez-vous ici ou  ou même  ici pour les piétons.

Repérez un point de départ ainsi qu’une destination ; sur un petit papier vous notez le numéro des « nœuds » à suivre et c’est parti, destination Bahia (Buenos Aires ou Cuba), vous avez tout ce qu’il vous faut pour une dégustation de chemins cyclables bien frais !

… Invitation spéciale à l'attention de ceux qui seraient en panne d'inspiration :

Il faudra être forts en calcul mental et avoir au moins 7 vitesses, cela devrait vous prendre un peu plus de 180 minutes, soit 25,71 minutes par vitesse. Le départ se fera en apesanteur, sur un point à l’ouest, plein ouest, 270 degrés (ou de force) ouest de Erasme, l’hôpital.  Le point de départ est de multiplierdeux fois dix, puis d’ajouter un, puis faites soixante moins quatre, puis dix-huit, retirez un, défalquez encore un, et entre ce chiffre et cinquante-deux, vous trouverez les têtes couronnées, grimaçantes, monstrueuses, érodées, à grandes dents, à grosses bouches, sur l’édifice religieux qui veille en bas de la descente (on peut y atteindre quarantaleure). Ensuite, de ce cinquante et deux, passez à la révolution française sans le dix-sept, et puis…

Oh et puis faites un peu ce qu’il vous plaira !

Revenez, ne revenez pas… ce qui est important, c’est que vous soyez d’intrépides navets !

La finalité de cette mission consistera en la réalisation d’une carte sur laquelle seront repris vos itinéraires, des plus pépères aux plus fougueux ! Nous attendons donc que vous nous envoyiez la liste des points-nœuds que vous aurez frôlés à toutes les allures, ainsi que, si l’envie vous en dit, une trace de votre voyage (carte, dessin, cailloux, rustine, photos, flocon de neige, gpx…)(notre adresse: pratiquebuissonniereavoot.be)
belles découvertes à vous, et n’oubliez pas : rien ne sert de courir, Il faut partir à point... Comme l'a si bien dit La F. La F. la tortue.

Guidon en main avec les enfants...
Avec les enfants, pensez à ne suivre que les petits numéros, au dessus de 10, ces graines de radis ont parfois du mal avec les orteils (sauf si vous avez pensé à leur mettre des sandales, bien sûr). Une chouette idée sera aussi de tester cette idée voyage. 

l’arbre et la forêt

Rappelez-vous que les cyclistes sont à l’air de la ville ce que les moules sont à la mer : des filtres !
Rappelez-vous qu’il ne sert à rien de rester immobile, qu’il faut (se) bouger (sur) les selles !
Rappelez-vous qu’il est utile de faire des jeux de mots !
Si vous ne trouvez pas des paysages qui vous font penser à d’autres paysages, sans doute plus beaux, sur le trajet, c’est que vous étiez distrait·e·s.
Et surtout, ne manquez pas d’air ! Mettez-en 3 bar dans les gencives des pneumatiques, et prenez des rustines, ou des chambres à air, dès que vous sortez de votre chambre prendre l’air. Cela vous évitera des appels navrés à Pépé pour qu’il vienne vous chercher. Ou à Mémé tiens.
Et comme l’a dit De Gaule : « le vélo dans la Flandre pour les Bruxellois·e·s est une évidence politique, et permettra de combler le retard de la France dans le Bari-Roubaix ».

- citation sans source, Wikipedia Pajotteland

un peu d’histoire de l’art pour les curieux

On ne compte plus le nombre d’artistes qui ont intégré le vélo, et tout ce qu’il symbolise pour nous depuis notre enfance, dans leur travail. Nous pouvons citer Marcel Duchamp, avec la fameuse roue de bicyclette, l’artiste chinois Ai Weiwei  avec  Forever Bicycles  (une installation réalisée à partir de 1000 vélos de la marque Forever, la plus populaire en Chine) ou encore Claes Oldenburg et Coosje van Bruggen. Les deux artistes réalisent en 1990 une installation géante placée en plein milieu du parc de la Vilette à Paris, l’œuvre, intitulée La bicyclette ensevelie, s’étend sur une surface de 46 x 21,7 mètres. On peut y voir une roue, une selle, une pédale ainsi qu’un guidon et une petite sonnette bleue.

Avec son œuvre Sans titreRichard Fauguet dénonce un société de plus en plus sécuritaire en relookant une bicyclette entière de plusieurs centaines d’antivols.

Et finalement, pour ceux qui en redemandent, un artiste musicien cycliste à écouter sans modération, Ben Weaver.

Scroll To Top