Skip to content

 

#3 cabinet de curiosités 

Un songe d’âge d’or,

un mirage d’innocence champêtre,

artiste ou poétique

m’a prise dès l’enfance

et m’a suivie dans l’âge mûr.

 

 George Sand

Pour cette troisième pratique buissonnière, 

Nous vous invitons à marcher sur les traces de Jephan de Villiers, arpenteur de la forêt de Soignes, créateur d’une civilisation imaginaire et poétique, évoquant les arts premiers.
Nous vous proposons de créer une sculpture, simple ou complexe, constituée d’assemblages de trouvailles faites en forêt, près d’un arbre, dans un jardin.
Toutes les œuvres seront rassemblées et formeront un cabinet de curiosités de la forêt.

Pas à pas

C’est très simple, munissez-vous d’un sac ou d’une grande poche lors de vos promenades dans les bois. Et le regard aiguisé, tous les sens aux aguets, récoltez les éléments végétaux qui vous interpellent, brindilles, branches, écorces, bogues, feuilles mortes, pommes-de-pin… De retour chez vous, assemblez avec, ou pas, des éléments en terre, imaginez, créez un animal, un végétal, un objet mystérieux, étonnant, surprenant.

Des exemples de Jephan deVilliers, ici, ici et encore ici

La finalité de cette mission consistera en la création d’un cabinet de curiosités de la forêt. Gardez précieusement toutes vos créations, elles seront rassemblées et installées lors de l’exposition du mois de juin.

main dans la main avec les enfants...
La mission est bien sûr facilement adaptable pour les plus jeunes et sera l’occasion d’une belle balade en famille dans un parc ou dans la forêt!

l’arbre et la forêt

Les cabinets de curiosités se sont aussi intéressés à la botanique et l'histoire naturelle. À travers les cabinets, les hommes du XVIe siècle ont tenté de classer le monde naturel qui les entourait. De ces tentatives de classement se dégage un savoir, mais aussi une poésie certaine. C’est ce qu’a voulu montrer Paul-Armand Guette lors de sa participation à Curios & Mirabilia, la collection d’art contemporain du château d’Oironen en juxtaposant, sous cadre ou en vitrine, photocopies de planches d’herbiers, insectes et fossiles. Dans les cabinets de curiosités, le savoir est un fil rouge, mais le monstrueux et l’extraordinaire forment un point d’intérêt tout particulier. L’accident de la nature (pierre aux formes étranges, animal incongru, déformé) est très recherché et source d'inspiration pour de nombreux artistes.
[in peccadille.net]

un peu d’histoire de l’art pour les curieux

Les cabinets de curiosités apparaissent en Europe avec la Renaissance. Les nantis collectent et amassent des objets qui surprennent, amusent, dans des meubles à multiples tiroirs ou dans une chambre entière. Ils sont les ancêtres des musées d’histoire naturelle. Ils sont dans un premier temps constitués d’accumulations d’objets hétéroclites, monstrueux, merveilleux, étonnants, puis, au cours des siècles, ils sont classés, inventoriés et catalogués.

Les naturalia concernent le règne animal, végétal et minéral. Les artificia sont des objets créés ou modifiés par l’homme, à partir du XVIIe siècle. Les exotica qui viennent de loin. Les scienfifica qui sont des instruments scientifiques.
Ils joueront un rôle fondamental dans l’essor des sciences.

On compte sur les doigts d’une main les artistes contemporains qui, comme Jephan de Villiers (Paris, 1940), ont su se concilier tous les publics… On est en présence d’une utopie poétique étonnante qui a forme – force- de civilisation ancestrale mais clandestine. Une civilisation née de la forêt, de ses branches, de ses feuilles, de ses écorces … Jephan de Villiers est bel et bien une sorte de facteur Cheval, un de ces bâtisseurs de l’imaginaire dont l’oeuvre croît en dehors des modes, avec une rigueur et une gravité remarquables.

Danièle Gillemon, in Le Soir, 3 février 1997

Scroll To Top